TOTEM_Ciepm_choregraphe_Philippe-Menard_

©LF Czaczkes

DANSE
Compagnie pm
Avec le spectacle TOTEM
Solo 2021
En résidence du 08 au 19 février, 15 au 19 mars, 12 au 17 avril
  • Sortie de résidence le jeudi 18 mars 2021 à 14h30 au Théâtre / Agora

Avec TOTEM, le chorégraphe Philippe Ménard nous invite à un rituel transgressif, à un surgissement de l’instinct.

Prenant comme point de départ sa rencontre bouleversante par la danse avec Raphaël, un enfant autiste, il nous emmène à la marge pour célébrer d’autres façons d’être au monde. 

 

Dans une mise en mouvement exutoire, entre transe et sidération, il se laisse traverser par d'insaisissables connexions, aux prises avec des forces telluriques, archaïques et animales. 

Au cœur d’une traversée sur le fil, il s’improvise chaman et fait émerger un totem chorégraphique comme une tentative de ralliement à une tribu mystérieuse. De cet état primaire convoqué naît une présence naïve et insensée, entre jubilation et révolte, qui ouvre un temps présent de perception et d’écoute sans filtre.

 

TOTEM, cérémonie vibrante où tout semble possible puisque tout peut disparaître, nous plonge dans une réalité augmentée : une ode au sensible et à l’invisible.

LIENS

Site de la compagnie pm

Page Facebook

ÉQUIPE

Chorégraphie et interprétation : Philippe Ménard

Assistante chorégraphique : Stefania Brannetti

Regard dramaturgique : Jana Klein

PRODUCTION

Production : Cie pm

Coproduction : CCN de Tours (37), Théâtre des Iltets – CDN de Montluçon (03), Le Vaisseau – fabrique artistique au Centre de Réadaptation de Coubert (77).

Avec le soutien de la Région Ile-de-France dans le cadre de la Permanence Artistique et Culturelle

Sur la compagnie pm

Fondée en 2006, la compagnie pm développe le travail du chorégraphe Phillippe Ménard formé au Conservatoire d’Angers en danse classique, et à Paris en danse jazz et danse contemporaine.

Au fil de ses créations, Philippe Ménard s’attache à placer l’humain au cœur du propos, y traquant ses failles et ses contradictions, non sans une certaine dose d’autodérision, une façon de redimensionner le spectacle, et de créer un espace où l’on peut rire de sa propre fragilité.