Sans%20titre_edited.jpg
Crédit : J.L. Chapuis (MNHN)
THÉÂTRE  
Compagnie Vertical Détour
Avec le spectacle LE PROBLÈME LAPIN | Cartographie 7

Ou comment le lapin pose des questions vraiment très intéressantes pour comprendre tout un tas de choses du monde d’aujourd’hui

(Homo sapiens, l’écologie, le virus et la parenthèse)

De Frédéric Ferrer 
Avec Frédéric Ferrer et Hélène Schwartz
Création 2021
En résidence du 1er au 05 février, du 19 au 30 avril et du 06 au 10 décembre 2021
 
  • Sortie de résidence le jeudi 29 avril à 17h15 [exclusivement réservée aux publics internes du Centre de Réadaptation] 
  • Deux représentations du spectacle (durée : 1h15) - Ouvert à tou·te·s 
       Mercredi 08 décembre 2021 à 19h30 : Réservation
       Jeudi 09 décembre 2021 à 19h30 : Réservation
Au théâtre / Agora

LIENS

Site de la compagnie Vertical Détour

Page facebook

Dossier de la cartographie 7

PRODUCTION

Production : Vertical Détour
Coproduction : Maison des Métallos (75)
Avec le soutien du Vaisseau - fabrique artistique au Centre de Réadaptation de Coubert (77)

 

La compagnie Vertical Détour est conventionnée par la Région Île-de-France et la Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication. Elle est en résidence au Centre de Réadaptation de Coubert - établissement de l'UGECAM Île-de-France.

Un chantier de recherche dirigé par Frédéric Ferrer 

Du clapier à l’élevage industriel, de l’espèce invasive ayant détruit de nombreux écosystèmes aux résistants de Kerguelen, de celui envoyé dans l’espace en 1959 par les Russes aux victimes du tueur en série des côtes d’Armor, des peluches qui posent joyeusement sur les lits de nos enfants à celles que nous finirons par manger et boire au fur et à mesure qu’il pleut du plastique, les lapins ne cessent d’interroger les limites de notre monde. Parés de nombreux maux, ils seraient devenus l’un des signes de la mauvaise santé planétaire, le marqueur des processus d’appauvrissement et d’extinction du vivant, et in fine d’eux-mêmes ? Mais les lapins sont-ils vraiment aussi crétins ? La question est évidemment essentielle.

L'Atlas de l'anthropocène | Les Cartographies

Cela faisait longtemps que j’avais envie de faire quelque chose avec des lieux et des cartes. Et l’accélération actuelle du monde, l’anthropocène et le changement global, bouleversant les milieux et les hommes, excitent davantage encore mes envies d’explorateur.
L’Atlas de l’anthropocène est né de ça. De mon envie de raconter des espaces.

L’Atlas de l’anthropocène est un recueil de cartographies des bouleversements du monde.
Chaque cartographie est créée suite à un travail de terrain. Elle se nourrit d’enquêtes, de rencontres et d’échanges avec les « connaisseurs » de l’espace cartographies et des thématiques abordées.
Chaque cartographie met donc en jeu un territoire.
Chaque cartographie pose une question centrale non résolue. C’est ce que j’appelle la problématique axiale de la cartographie. La question est essentielle. Sans question, il n’y a pas de cartographie.
Chaque cartographie développe un raisonnement par hypothèse.
Et utilise, pour ce faire, un outil de présentation vraiment très efficace.
Chaque cartographie propose aussi un moment particulier, que j’appelle souvent « l’échappée ontologique ». L’échappée ontologique n’est cependant pas systématique.
Chaque cartographie apporte une ou des réponses à la question posée initialement. La réponse peut être une vraie réponse ou une nouvelle question. Mais quelque soit la réponse, il y en a une. Car une cartographie sans réponse n’est pas une cartographie.
Chaque cartographie a une durée d’une heure. Mais c’est jamais facile de tout dire en une heure.
Toutes les cartographies ont la même forme. Seul le contenu change (car le contenu est toujours en fonction de la question posée).
Chaque cartographie nécessite : un écran de grande taille, un vidéo-projecteur très puissant, un ordinateur, un mi-cro-casque, une table et un chevalet de conférence avec une surface blanche pour feutres effaçables (mais pas systématiquement, cela dépend de plein de choses, surtout pour le chevalet de conférence avec une surface blanche pour feutres effaçables)
Le dispositif cartographique peut s’adapter à différents types de lieux.

Le nombre total de cartographies de l’Atlas est à ce jour inconnu.
On peut donc dire que l’Atlas de l’anthropocène est un projet en développement.

Frédéric Ferrer, mai 2010

Sur la compagnie Vertical Détour

Fondée en 2001 par le metteur en scène Frédéric Ferrer, la compagnie Vertical Détour crée des spectacles à partir de sources documentaires, d’enquêtes de terrain, de collaboration avec des laboratoires de recherche scientifique et de rencontres avec les connaisseurs et praticiens des territoires investis et des questions étudiées.

Dans sa démarche, et semblable au géographe, qui fut longtemps considéré comme le spécialiste de rien, Frédéric Ferrer aime davantage les frontières que le cœur des disciplines. Non pas la synthèse mais le frottement. L’espace devient dans ses spectacles le lieu des possibles.